Agence franco-Allemande pour les échanges dans l'enseignement et la formation professionnels

  • de
  • fr

Entreprises

Quelles compétences professionnelles pour les métiers de demain ? Bilan de la 6ème Journée Franco-Allemande de l’Enseignement Professionnel et de l’Apprentissage

(de gauche à droite) Karine Brard-Guillet, Déléguée française de ProTandem, Sandra Schmidt, Cheffe de bureau à l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), Alexandra Seidel-Lauer, Directrice du service Médias à la Chambre Franco-Allemande de Commerce et d’Industrie (AHK Frankreich)

Avec la mondialisation, l’impact du numérique sur l’emploi s’amplifie et les cycles de recherche et de développement sont de plus en plus courts. La transformation des métiers s’accélère. À la recherche d’une première expérience professionnelle sur marché du travail, les jeunes sont confrontés à de nouvelles exigences auxquelles ils devront répondre. Quels métiers sont susceptibles d’émerger dans les prochaines années ? Quelles sont les stratégies des entreprises pour s’attirer la main d’œuvre qualifiée et quel peut être le rôle des marchés du travail transfrontaliers ? Faire de grandes études est-il forcément toujours la meilleure solution ? Et surtout, quelle importance revêtent, sur un C.V, les stages réalisés à l’étranger, à une époque où la mobilité des professionnels semble incontournable ? On s’aperçoit que cette exigence de mobilité concerne, en réalité, tant les étudiants que les apprentis, alors que pour ces derniers, faire un stage ou une formation à l’étranger n’est toujours pas une évidence, en particulier parce que cela ne leur est pas systématiquement proposé pendant leur formation.

La 6ème Journée Franco-Allemande de l’Enseignement Professionnel et de l’Apprentissage a été l’occasion de débattre de ces sujets. Organisée le 8 octobre 2019 par la Chambre Franco-Allemande de Commerce et d’Industrie (AHK Frankreich) avec le concours de nombreux partenaires, elle a accueilli de nombreux visiteurs au siège d’Allianz France à Paris. ProTandem, en tant que partenaire de la manifestation, tenait un stand d’informations à destination des entreprises, des institutions, des écoles et des jeunes en formation. Les temps d’échanges ont permis d’aborder les avantages des échanges professionnels pour les apprentis avec le pays partenaire, ainsi que le soutien financier apporté par ProTandem aux participants. En plénière, Karine Brard-Guillet, la déléguée française de ProTandem, ainsi que Sandra Schmidt, cheffe du bureau dédié à la formation et à la mobilité à l’OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse), ont également répondu aux questions d’Alexandra Seidel-Lauer sur les nouveaux défis de la formation professionnelle.

Karine Brard-Guillet a souligné que les offres de programmes en formation professionnelle de ProTandem et de l’OFAJ sont complémentaires : séjours courts pour l’OFAJ, tandis que ProTandem propose son soutien pour des séjours de 3 semaines minimum. Pour la Déléguée, ces mobilités représentent « un formidable tremplin professionnel pour les jeunes, et notamment pour ceux dont les familles n’ont pas les moyens de les envoyer se former à l’étranger ». L’éclairage de Sandra Schmidt va dans le même sens : pour beaucoup de jeunes participants, ces expériences représentent les premiers contacts avec l’étranger. Après une première expérience réussie, beaucoup y prennent goût, sont disposés à participer à un nouvel échange, voire décident par eux-mêmes de repartir à l’étranger.

Les jeunes en formation ne sont pas les seules personnes concernées par les échanges ProTandem. Les enseignants, les chefs d’entreprises et les responsables de formation peuvent former des tandems et effectuer des séjours chez leur partenaire, a rappelé Karine Brard-Guillet. « Nous souhaitons diffuser un message fort en faveur des échanges franco-allemands. Il est apparu au cours des discussions que les entreprises recherchent des jeunes collaborateurs qui sachent s’adapter, dans une époque marquée par de grands bouleversements techniques. Pour ne pas être dépassé par les nouvelles technologies, il faut, au sein de l’entreprise, faire preuve tant de compétences professionnelles que de compétences sociales. Une mobilité permet d’approfondir ces deux compétences : à l’étranger, les participants évoluent dans un autre environnement linguistique. Pour exercer leurs compétences, ils sont plongés dans un milieu professionnel qui leur est nouveau – en deux mots –, ils doivent quitter leur zone de confort et faire preuve d’adaptabilité. »

De nombreuses écoles professionnelles, instituts de formation, entreprises et responsables politiques l’ont bien compris et saisi l’opportunité de cette journée d’informations pour nouer de nouveaux contacts. Les organisateurs ont eu le grand plaisir et l’honneur d’accueillir parmi les invités Monsieur Nikolaus Meyer-Landrut, Ambassadeur d’Allemagne en France, ainsi que Monsieur Antoine Foucher, Directeur de Cabinet de Madame la Ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Dans son intervention, Antoine Foucher a insisté sur la nécessaire valorisation de l’apprentissage en France, pour faire en sorte que cette voie de formation soit tout aussi prisée par les jeunes que les formations de l’enseignement supérieur et convoitée par les entreprises dans la recherche de nouveaux talents. Cette revalorisation, qui doit s’effectuer à tous les niveaux, passe, notamment, par la généralisation des dispositifs de mobilité pour les apprentis, sachant que dans le monde universitaire, les étudiants se saisissent, depuis longtemps, des offres de mobilité qui leur sont fréquemment proposées.

Selon Frédérik Stiefenhofer, le Délégué allemand de ProTandem, la journée a rempli ses objectifs : « Nous avons échangé de manière très constructive avec nos partenaires et avons approfondi certains aspects des coopérations existantes. Nous avons également rencontré de nouveaux acteurs avec lesquels un partenariat est tout à fait envisageable ou encore évoqué de nouvelles pistes de coopération », explique-t-il. « Cette fois encore, nous étions ravis d’avoir organisé le témoignage d’apprentis ayant fait un échange ProTandem : lors des tables rondes avec les professionnels et les responsables politiques, ils ont expliqué les avantages qu’ils avaient retiré de leur expérience professionnelle dans le pays partenaire… et ils l’ont fait de manière très convaincante ! C’est la meilleure publicité que nous puissions imaginer pour notre programme de formation professionnelle et d’échanges », conclut Frédérik Stiefenhofer.